Mai 2022 – Ici, c’est la terre et là, c’est le ciel

Photo Pixabay

Là-haut, c’est le ciel. Là, c’est chez Dieu.
Tout y est parfait.
Et ici sur terre que de lacunes !

Se lamenter ? Soupirer !
Cela ne pourrait rien changer.

Dieu est venu sur terre et l’espérance est née. Des hommes se sont levés pour la transporter. Ils sont partis par les chemins du monde et d’autres aussi se sont levés.

Nous en avons rencontrés et à notre tour nous nous sommes levés.
Depuis nous ne pouvons plus vivre tranquilles tant qu’à nos côtés une souffrance n’est pas consolée.

Là-haut, c’est le ciel.

On dit que c’est chez Dieu.

Ici c’est la terre

et Dieu y a posé le pied.

Tiré du livre Rencontre avec Lui de l’abbé G.Balthazard


Qui connaît la doctrine sociale de l’Eglise ?

Cela ne me disait rien.

Aussi…je me suis documenté quelque peu…

D’où vient la « doctrine sociale » ?

Jacques-Benoît Rauscher : À partir de l’encyclique Rerum novarum de Léon XIII en 1891 jusqu’au concile Vatican II, cette doctrine s’est construite en quelque sorte sur les ruines de la chrétienté. Dans un monde en voie d’industrialisation, de démocratisation, de développement de nouveaux régimes politiques, il y avait une volonté de l’Église de mobiliser une philosophie sociale chrétienne pour répondre aux nouveaux défis du temps. Dès le départ, cette doctrine rencontre une audience, Jaurès y faisait référence, et elle irrigue aussi la culture, le Curé de campagne de Bernanos rappelle son importance. (…)

Jean-Paul II définit la « doctrine sociale » comme une partie de la théologie morale. Il dit là quelque chose d’important : la doctrine sociale de l’Église n’est pas juste une réponse à des situations ponctuelles. Mais on peut parler de vraie doctrine, car elle s’appuie sur une tradition de plus de 2 000 ans. Ce n’est donc pas une idéologie politique temporaire. (…)

Extrait de l’interview de Jacques-Benoît Rauscher, Dominicain, docteur en sociologie, La Croix.com 1-04-22

Claude Callens, photo séminaire de Namur

« La morale sociale concerne tous les aspects de la vie. Nous ne sommes pas des croyants, assidus – je l’espère ! – qu’à la messe du dimanche. Nous avons des responsabilités familiales, politiques, sociales, économiques… la doctrine sociale de l’Eglise nous permet justement d’être chrétien partout et à tous les moments de notre vie (…)

J’ai pu constater qu’il y a des chefs d’entreprise qui sont sensibles à cet enseignement social. Depuis quelques années, je suis invité au mois de septembre à un colloque destiné aux futurs ingénieurs. Là, je rencontre des chefs d’entreprise qui ne m’ont pas attendu -d’ailleurs- pour incarner l’enseignement social dans la réalité vécue. Ils sont très sensibles à la notion de solidarité. Ils sont attentifs à donner une vraie définition à la notion d’autorité. L’autorité, pour eux, est vue comme un service. Il y a tellement de bon sens dans cet enseignement social, que même en dehors des cercles chrétiens, on voit des personnes qui conçoivent l’entreprise autrement. (…) La première chose que je dis aux étudiants ingénieurs que je rencontre : dans une entreprise, l’important n’est pas le patron, mais les personnes humaines qui y travaillent. (…) De celui qui est considéré comme le patron jusqu’à l’apprenti qui vient d’arriver, ils ont tous la même dignité. J’encourage donc les étudiants à s’interroger sur ce qu’est une personne humaine, pour tenter plus tard d’être un bon gestionnaire.

Malheureusement, nous sommes surtout confrontés à une terrible dissolution des rapports humains. La pandémie a révélé au plus haut point le besoin de liens, et ce qui peut nous unir. J’ai été très frappé par un article de F.Van de Woestyne (éditorialiste en chef à la Libre) dans lequel il écrit :’En Belgique, il y a onze millions de premiers ministres, onze millions d’épidémiologistes…’ Les peuples ne sont plus gouvernables, tellement ils sont dominés par l’individualisme. Sauf quand on voit des initiatives où apparaît ‘le goût de l’autre’, selon l’expression de l’économiste Elena Lasida. On l’a vu pour les inondations : les gens se sont mobilisés spontanément, d’un peu partout, pour donner un coup de main aux autres. »

Claude Callens, professeur en philologie romane et chargé de cours en morale sociale, diverses publications à retrouver sur www.moralesociale.net
Extraits de l’interview de A.F. de Beaudrap dans le journal Dimanche du 20-03-22

Image Pixabay

Extraits de l’interview de François Asselin, chef d’une entreprise du bâtiment spécialisée dans la restauration du patrimoine et président de la Confédération des petites et moyennes entreprises (CPME en France)

Comment, en tant que patron, interprétez-vous les mots : discerner, décision et autorité ?

François Asselin : Ces trois mots sont destinés à générer de l’action, de l’engagement. Avant d’agir, j’ai besoin de bien discerner, c’est-à-dire prendre le recul nécessaire. Dans ce domaine, l’Église a de bons outils, comme l’accompagnement spirituel. Dans mon métier, cela veut dire consulter ceux dont l’avis peut m’éclairer, notamment ceux qui ne pensent pas comme moi. Cette altérité apporte un éclairage qui peut me conduire à modifier une décision que je comptais prendre. J’ai besoin de m’éloigner un moment du monde pour me tourner vers la transcendance. Mais ce n’est pas toujours possible…

Vous avez employé le mot de « transcendance ». Que voulez-vous dire ?

F. A. : Je crois beaucoup à la force du rituel, qui structure les actes que je vais poser dans la journée. Il n’y a pas un jour où je ne prie pas. Pour prendre du recul, j’ai besoin de ce dialogue intime avec le Seigneur et ses intercesseurs : la Vierge, les saints. Le matin, je prie les laudes, et je lis l’Évangile et la vie du saint du jour. Le soir, après avoir dit l’acte de contrition, je remercie pour ce que j’ai vécu dans la journée. Se reconnaître pécheur m’aide à rester humble et à éviter la tentation de l’orgueil, qui guette notamment ceux qui prennent des décisions qui vont avoir un impact sur la vie des gens.

À quelle occasion vous êtes-vous rendu compte de l’importance de prendre un avis différent du vôtre ?

F. A. : Je pense, par exemple, à l’organisation d’un chantier. En discutant avec les membres de mon équipe, pétris de bon sens, j’ai compris que sa mise en œuvre était perfectible, et que nous aurions gagné du temps et évité certains écueils, si je les avais écoutés en amont (…) Je suis confronté à la pression de l’immédiateté, qui impose des réponses rapides alors que les sujets complexes n’appellent pas de décision simple… Mais, soyons clair, le pire serait de ne pas décider.

Vous est-il arrivé de prendre des décisions difficiles ?

F. A. : Oui, licencier un collaborateur, par exemple. Le matin de l’entretien qui s’annonçait tendu, je tombe sur cette citation du Christ : « Ne jugez pas, pour ne pas être jugés ; de la manière dont vous jugez, vous serez jugés » (Mt 7,1-2). J’ai pris conscience que je devais prendre du recul par rapport au ressentiment qui m’habitait alors que j’allais prendre une décision lourde de conséquences.

J’ai compris que, sans doute, le ressentiment habitait aussi ce salarié, et qu’il pouvait même être plus fort que le mien. J’ai vu se dessiner une autre voie possible concernant cette douloureuse séparation. Je me devais de rechercher des conditions équilibrées pour l’un et pour l’autre, en évitant, autant que faire se peut, de se blesser personnellement. C’est un vrai combat que de garder une cohérence entre ce que l’on pense, ce que l’on croit et ce que l’on fait…

Extraits de l’interview réalisée par Gilles Donada, dans le cadre du chemin synodal, Croire.com 26-02-22.

Dans Fratelli tutti, les paroles du pape disent de manière limpide l’enjeu de l’engagement politique comme le souci du bien-vivre dans la société.

« L’histoire du bon Samaritain se répète : il devient de plus en plus évident que la paresse sociale et politique transforme de nombreuses parties de notre monde en un chemin désolé, où les conflits internes et internationaux ainsi que le pillage des ressources créent beaucoup de marginalisés abandonnés au bord de la route. Dans sa parabole, Jésus… se fie au meilleur de l’esprit humain et l’encourage, par la parabole, à adhérer à l’amour, à réintégrer l’homme souffrant et à bâtir une société digne de ce nom. »

Avril 2022 – Et si la mort était naissance…

Images Bing et Pixabay

« Comment ferai-je connaître le mystère de la résurrection du Seigneur ?

Sa croix aussi est un mystère, et sa mort pendant trois jours, et tout ce qui est arrivé à notre Sauveur est mystère.

De même qu’il est né du sein inviolé de la Vierge, de même il est ressuscité du tombeau fermé.
De même que le Fils unique de Dieu est devenu premier-né en naissant d’une mère, de même il est devenu le premier-né d’entre les morts par sa résurrection.

De même que sa naissance n’a pas fait perdre à la Vierge mère sa virginité, de même sa résurrection n’a pas brisé les sceaux du sépulcre. Je ne puis donc pas définir par des mots sa naissance ni comprendre sa sortie du sépulcre. »

Saint Jean Chrysostome

Images Bing et Pixabay

Ce matin, je pensais à ceci :
L’enfant dans le ventre de sa mère est au chaud
Et vraisemblablement heureux.

Il croit que ce petit espace tiède est son univers
Où rien ne manque.

De l’univers que nous connaissons,
Quel soupçon peut-il avoir ? Aucun.
En admettant qu’on puisse entrer en communication
Avec l’enfant qui n’est pas encore né,
Quelle notion pourrions-nous lui donner
De ce que c’est qu’un livre, une maison ?
Pas la moindre.

Nous sommes dans la même situation
Par rapport au monde de l’au-delà qui s’étend autour de nous
Et que nous n’atteignons, en général, que dans la mort.

En réalité, nous sommes assis dans une cavité sombre  
Où nous nous plaisons,
Et nous ne naîtrons qu’en poussant des cris,
Quand nous mourrons.

Alors nous découvrirons un univers
D’une beauté inexprimable…

Origine inconnue, repris dans le livre ‘’Vienne l’aurore ‘’ d’Alexis Smets

Inscription sur un puits financé par Heimat und Mission au sud de Madagascar

MADAGASCAR : cette année la campagne de carême est dédiée à cette île dont la sécurité alimentaire est mise à rude épreuve suite notamment au changement climatique (sécheresse, cyclones, prolifération d’insectes), la pandémie et aussi l’accaparement des terres par les multinationales étrangères. N’hésitez pas à aider la population malgache très sympathique et travailleuse via Entraide et Fraternité BE68 0000 0000 3434

On peut aussi aider via le compte de Heimat und Mission LU07 1111 0137 5982 0000, avec la mention ‘’Projets Madagascar’’ ; le frère Joseph RANDRIANAIMANGA, qui effectue son noviciat au centre spirituel de Clairefontaine, coordonne les projets, notamment la réalisation de puits dans le sud du pays et bien d’autres aides via la Saint Vincent de Paul locale.

D’autre part, grâce à votre générosité, notre unité pastorale des Eaux-Vives a fait un don substantiel à Caritas international en faveur de l’Ukraine.

Continuons de prier intensément pour la paix. Bonne fin de carême et sainte fête de Pâques !

Acte de consécration de la Russie et l’Ukraine au Cœur Immaculé de Marie

Ô Marie, Mère de Dieu et notre Mère, en cette heure de tribulation nous avons recours à toi. Tu es Mère, tu nous aimes et tu nous connais : rien de tout ce à quoi nous tenons ne t’est caché. Mère de miséricorde, nous avons tant de fois fait l’expérience de ta tendresse providentielle, de ta présence qui ramène la paix, car tu nous guides toujours vers Jésus, Prince de la paix.

Mais nous avons perdu le chemin de la paix. Nous avons oublié la leçon des tragédies du siècle passé, le sacrifice de millions de morts des guerres mondiales. Nous avons enfreint les engagements pris en tant que Communauté des Nations et nous sommes en train de trahir les rêves de paix des peuples, et les espérances des jeunes. Nous sommes tombés malades d’avidité, nous nous sommes enfermés dans des intérêts nationalistes, nous nous sommes laissés dessécher par l’indifférence et paralyser par l’égoïsme. Nous avons préféré ignorer Dieu, vivre avec nos faussetés, nourrir l’agressivité, supprimer des vies et accumuler des armes, en oubliant que nous sommes les gardiens de notre prochain et de la maison commune. Nous avons mutilé par la guerre le jardin de la Terre, nous avons blessé par le péché le cœur de notre Père qui nous veut frères et sœurs. Nous sommes devenus indifférents à tous et à tout, sauf à nous-mêmes. Et avec honte nous disons : pardonne-nous, Seigneur !

Dans la misère du péché, dans nos fatigues et nos fragilités, dans le mystère d’iniquité du mal et de la guerre, toi, Mère sainte, tu nous rappelles que Dieu ne nous abandonne pas et qu’il continue à nous regarder avec amour, désireux de nous pardonner et de nous relever. C’est Lui qui t’a donnée à nous et qui a fait de ton Cœur immaculé un refuge pour l’Église et pour l’humanité. Par bonté divine, tu es avec nous, et tu nous conduis avec tendresse, même dans les tournants les plus resserrés de l’histoire.

Nous recourons donc à toi, nous frappons à la porte de ton Cœur, nous, tes chers enfants qu’en tout temps tu ne te lasses pas de visiter et d’inviter à la conversion. En cette heure sombre, viens nous secourir et nous consoler. Répète à chacun d’entre nous : “Ne suis-je pas ici, moi qui suis ta Mère ?” Tu sais comment défaire les nœuds de notre cœur et de notre temps. Nous mettons notre confiance en toi. Nous sommes certains que tu ne méprises pas nos supplications et que tu viens à notre aide, en particulier au moment de l’épreuve.

C’est ce que tu as fait à Cana de Galilée, quand tu as hâté l’heure de l’intervention de Jésus et as introduit son premier signe dans le monde. Quand la fête était devenue triste, tu lui as dit : « Ils n’ont pas de vin » (Jn 2, 3). Répète-le encore à Dieu, ô Mère, car aujourd’hui nous avons épuisé le vin de l’espérance, la joie s’est dissipée, la fraternité s’est édulcorée. Nous avons perdu l’humanité, nous avons gâché la paix. Nous sommes devenus capables de toute violence et de toute destruction. Nous avons un besoin urgent de ton intervention maternelle.

Reçois donc, ô Mère, notre supplique.

Toi, étoile de la mer,
ne nous laisse pas sombrer dans la tempête de la guerre.

Toi, arche de la nouvelle alliance,
inspire des projets et des voies de réconciliation.

Toi, “terre du Ciel”, ramène la concorde de Dieu dans le monde.

Éteins la haine, apaise la vengeance, enseigne-nous le pardon.

Libère-nous de la guerre,
préserve le monde de la menace nucléaire.

Reine du Rosaire, réveille en nous le besoin de prier et d’aimer.

Reine de la famille humaine,
montre aux peuples la voie de la fraternité.

Reine de la paix, obtiens la paix pour le monde.

Que tes pleurs, ô Mère, émeuvent nos cœurs endurcis. Que les larmes que tu as versées pour nous fassent refleurir cette vallée que notre haine a asséchée. Et, alors que ne se tait le bruit des armes, que ta prière nous dispose à la paix. Que tes mains maternelles caressent ceux qui souffrent et qui fuient sous le poids des bombes. Que ton étreinte maternelle console ceux qui sont contraints de quitter leurs maisons et leur pays. Que ton Cœur affligé nous entraîne à la compassion et nous pousse à ouvrir les portes et à prendre soin de l’humanité blessée et rejetée.

Sainte Mère de Dieu, lorsque tu étais sous la croix, Jésus, en voyant le disciple à tes côtés, t’a dit : « Voici ton fils » (Jn 19, 26). Il t’a ainsi confié chacun d’entre nous. Puis au disciple, à chacun de nous, il a dit : « Voici ta mère » (v. 27). Mère, nous désirons t’accueillir maintenant dans notre vie et dans notre histoire. En cette heure, l’humanité, épuisée et bouleversée, est sous la croix avec toi. Et elle a besoin de se confier à toi, de se consacrer au Christ à travers toi. Le peuple ukrainien et le peuple russe, qui te vénèrent avec amour, recourent à toi, tandis que ton Cœur bat pour eux et pour tous les peuples fauchés par la guerre, la faim, l’injustice et la misère.

Mère de Dieu et notre Mère, nous confions et consacrons solennellement à ton Cœur immaculé nous-mêmes, l’Église et l’humanité tout entière, en particulier la Russie et l’Ukraine. Accueille cet acte que nous accomplissons avec confiance et amour, fais que cesse la guerre, assure au monde la paix. Le “oui” qui a jailli de ton Cœur a ouvert les portes de l’histoire au Prince de la paix ; nous espérons que la paix viendra encore par ton Cœur. Nous te consacrons l’avenir de toute la famille humaine, les nécessités et les attentes des peuples, les angoisses et les espérances du monde.

Qu’à travers toi, la Miséricorde divine se déverse sur la terre et que la douce palpitation de la paix recommence à rythmer nos journées. Femme du “oui”, sur qui l’Esprit Saint est descendu, ramène parmi nous l’harmonie de Dieu. Désaltère l’aridité de nos cœurs, toi qui es “source vive d’espérance”. Tu as tissé l’humanité de Jésus, fais de nous des artisans de communion. Tu as marché sur nos routes, guide-nous sur les chemins de la paix.

Amen.

Pape François

Source: Egliseinfo.be, 25-03-2022

Mars 2022

« Soufflons sur nos cendres pour faire renaître en nous le feu de l’amour de Dieu »

Chantal Desmarais dans Feu nouveau, 1er.trim. 2022

Photo Jean-Louis (mercredi des cendres à Weyler)

Le carême n’est pas un temps de tristesse.
C’est un temps de grâce qui nous est donné pour revenir vers Dieu.
Un temps pour faire le ménage dans notre cœur et pour retrouver l’essentiel de notre foi.
Celle-ci est confrontée à des épreuves mais nous pouvons compter sur l’Esprit Saint qui nous accompagne et nous donne la force de vivre la parole de Dieu dans notre vie.

Le Mouvement pour un Monde meilleur avait programmé ces témoignages dans le cadre de l’Avent mais avec la nature qui revit, on les perçoit aussi très bien dans une réflexion enrichissante pour le Carême.

Des arbres qui marchent : un parcours en huit étapes pour changer de regard et avancer dans un monde qui bascule.

Lien : https://desarbresquimarchent.com/index.php/la-serie/

Photo Pixabay

Comme le disait Sainte Thérèse d’Avila : « Le Seigneur aime les cœurs joyeux, les âmes toujours souriantes ».

« Pour Ste Thérèse d’Avila, ‘’Dieu est présent en chacun de nous, il demeure en nous, au fondement même de notre être, et nous sommes, à notre tour, appelés à être présents à cette Présence, à demeurer en Lui. (…) Notre âme, dit-elle, est comme un cristal, un château intérieur qui contient de nombreuses demeures. Et au centre de ce cristal se trouve Dieu qui, tel un soleil, éclaire le château depuis son centre. Pour entrer en communion avec Dieu, il nous faut dès lors entrer en nous-même, nous retirer en nous-même pour rejoindre Dieu qui y est présent, et qui rayonne de son Amour indicible. Et le moyen pour entrer effectivement en nous-même, la porte du ‘’château intérieur’’, c’est l’oraison, la prière silencieuse.

Cette prière, tout comme la mystique qui la sous-tend, est essentiellement christocentrique. Pour la voie chrétienne, Dieu, Réalité ultime inconnaissable en soi, s’est fait connaître de l’humain et s’est donné à lui dans l’humanité concrète de Jésus, Verbe du Père fait chair. Dieu se donne à l’humain pour être sa destinée, son amour, sa vie la plus intime. Pour connaître et accueillir ce don divin, il nous faut dès lors accueillir le Christ au plus intime de nous-même.’’ Celui qui m’a vu a vu le Père’’, dit Jésus à Philippe (Jn 14,9). Or, cette ‘‘vision’’ de Jésus ne concerne pas seulement les disciples qui ont ‘‘entendu, vu de leurs yeux, contemplé et touché le Verbe de vie’’ (cf. Jn1,1), mais toutes celles et tous ceux qui, à travers la foi et en l’Esprit Saint, entrent dans une relation concrète avec le Christ ressuscité présent en nous (à travers la méditation de l’Ecriture, la lecture priante des évangiles, l’adoration eucharistique…) »

Extrait de l’article ‘L’union à Dieu’ de Christophe Herinckx, Journal Dimanche du 21-11-2021.

Le carême appelle à la sincérité du cœur. Puissions-nous vivre ce temps en vérité et non par habitude afin de progresser dans l’adhésion au Christ.

A l’appel du pape François, prions pour que la paix revienne aux portes de l’Europe. Nous pouvons aussi aider concrètement en faisant un don auprès de Caritas International – BE88 0000 0000 4141 avec la mention 4147 Ukraine ou via la plateforme de dons en ligne.

Février 2022 – ‘’Qu’est-ce que l’amour, mon père ?’’, demande un jeune réalisateur au pape François. ‘’C’est comme demander ce qu’est l’air’’, s’exclame celui-ci’’ (1)

(1) Article d’Elise Lenaerts, journal Dimanche du 16-01-2022

Photo Sylvianne

Saint Valentin,
Protecteur de ceux qui s’aiment,

Toi qui as vécu et annoncé,
Au risque de ta vie,
Le message de paix de l’Evangile,
Toi qui, par le combat d’Amour du martyre,
As triomphé de toutes tes forces
De l’indifférence, de la haine et de la mort,
Ecoute notre prière :

Face aux déchirures et aux divisions du monde,
Donne-nous de toujours nous aimer
Sans aucun égoïsme
Pour être, au milieu de tous,
De fidèles témoins de l’Amour de Dieu.

Accorde-nous de demeurer animés
d’un amour et d’une confiance capables
de nous faire surmonter
les obstacles de l’existence.

Nous t’en prions,
intercède pour nous auprès de Dieu
qui est la source même
de tout Amour et de toute Beauté
et qui vit et règne
pour les siècles des siècles.
Saint-Valentin, prie pour nous !

Amen

Source: Journal Dimanche du 12-12-21

Près de chez nous, Jean-Marie Liegeois, un fabuleux autodidacte

Photo tirée de Facebook

Au départ, instituteur devenu également luthier (Lutherie de la Gaume) il dit que « fabriquer un violon, c’est donner une voix à quelqu’un. »

Né en 1957 à Virton, Jean-Marie baigne dans un univers musical dès son enfance avec son père jouant de la clarinette et ses sœurs du piano.

Lui aussi commence le piano à 5 ans chez Antoine Toulemonde puis se dirige vers la guitare et compose des chansons à textes. Il apprend les règles de l’harmonie lors de stages avec Jacques Stotzem. Il commence l’apprentissage du violon avec sa fille Elise et se lance dans la lutherie, toujours à l’aide de stages.

Il fait partie de nombreux groupe musicaux dans la région : les Straps, Narkand, les Thés gaumais, l’OPLG, Staccato. Il dirige aussi l’orchestre ‘Tremolo’ et est organiste de la paroisse d’Ethe depuis 1986.

Suite à un grave problème de santé, il décide de composer une œuvre dédiée à Arbogast, un ermite alsacien devenu évêque de Strasbourg et saint patron de la chorale d’Ethe.

« Au début, j’ai cru que j’abordais ma fin de vie. Cela m’a donné l’idée et surtout le courage d’entamer une ultime composition musicale. Une messe à quatre voix écrite pour une chorale. Et le ‘’miracle ‘’ s’est produit. La musique m’a beaucoup aidé. Et quand je suis sorti de la chambre stérile, les grandes lignes des partitions étaient écrites. J’ai pu alors finaliser l’harmonisation au piano. »

Le résultat est au-dessus de ses espérances car cette musique va tout de suite connaître un grand succès.

La « Missa sancti Arbogasti » est une œuvre de musique sacrée en latin à 4 voix avec orchestre à cordes et timbales. Son inspiration vient essentiellement de la musique baroque avec des couleurs plus contemporaines. Elle suscite un grand élan d’émotion et de profondeur car elle est un hymne à la vie et à l’espoir. Jehanne Strepenne, violoniste et chef d’orchestre, dirige avec brio cette composition.

Cette messe a été donnée en concert, entre autres, pour les 150 ans de l’église de Ethe (2016), enregistrée à la basilique d’Avioth (2017) et programmée pour clôturer le 950ième anniversaire de l’abbaye d’Orval.

Infos tirées des coupures de presses transmises par Stéphanie IAGNEMMA(merci à elle) et du livret accompagnant le CD Missa Sancti Arbogasti.

Lien pour un court extrait de la Missa Sancti Arbogasti (1’18):

https://www.kizoa.com/Video-Editor/d377171938k9508407o1l1/2021-11_Missa_Sancti_Arbogasti

Janvier 2022 – Un point…Un point, c’est le Tout

Image Pixabay

« Par la relecture des Ecritures, les mages ont découvert ce que la science ne dévoile qu’en partie. C’est par la combinaison de la raison des scientifiques et la révélation des Ecritures que les mages ont apprivoisé le mystère et ont pu s’agenouiller devant l’enfant de la crèche. Ce geste inaugure l’universalité de la reconnaissance du Christ comme Dieu fait homme pour que l’humanité soit divinisée. En ce sens, l’Epiphanie est ferment de catholicité. »

Serge Maucq dans Feu nouveau 10 et 11/2021.

Nébuleuse du Crabe, Astro Nature 49 sur YouTube

Un Point…
Un Point, c’est le Tout.

Et le Rien.

Un Rien qui contient le Tout,
Sa puissance et promesse
Son infini et incréé.

Infinitésimale concentration
En un seul Point
De tout ce qui peut advenir,
De ce qui est ce qu’Il est.

Principe premier,
Commandement de l’origine :
Aime ! Aime ton Dieu,
Aime-Le de tout ce qui est !
Tout est contenu dans ce Point.

Il pourrait se suffire à Lui-même,
Mais la solitude de l’infini
L’appelle à Se contempler,
Il faut que vienne le « deux »,
Que dans le dernier se niche le premier,
Qu’existe aussi l’oméga
Qui bientôt sera…
Deux points…
Voilà que jaillit le deuxième
Et que dans l’infini des possibles
Se dresse une droite, un axe.

Le premier est origine
Le deuxième perspective.

Création de l’espace, de la matrice,
Jaillissement de la matière.

Le « deux » est le risque qu’a pris le « Un »
A se contempler dans la finitude…
Deux points suffisent
A construire une droite :
La ligne du temps, dessin du destin
La ligne de l’espace, matrice de la matière…
En se séparant dans le visible
En se réalisant dans le « deux »
Le « Un » se rend visible
Le « deux » se découvre dans l’Un-visible…
La Loi du « deux » est de même essence : 
Aime ! Aime ton prochain,
Aime-le de tout ce qui est !
Toi et lui êtes même jaillissement
De l’unique « Un » qui Se donne.

La droite de l’humanité
Est infinité de répliques de cet « Un » primordial,
Tous reliés à l’alpha
Tous dépliés dans l’oméga.

Le premier et le dernier des commandements,
L’alpha et l’oméga de l’Amour
Forment la trame du Livre Saint
Où s’écrivent nos destins.

Les 10 commandements et 613 lois ?
Des lignes en plus, pour écrire droit,
Former quadrillage pour qui en a besoin
Ou donner repères pour qui veut autre dessin.

La trame est l’essentiel, le reste la contient !
Deux commandements ordonnés 
Au seul point d’où tout provient,
Et où tout converge :
L’Aime !

Thierry Lemoine, www.thierry-lemoine.org

L’aime s’est traduit par un beau geste de solidarité envers les plus âgés et isolés : à Toernich/Udange, ces derniers ont reçu une carte réalisée par les jeunes du caté !

Photo transmise par Paul Poncelet

Décembre 2021 – Avec Jésus, gardons l’espérance

Image Pixabay

Il est minuit
Et cela pourrait être
Le centre du poème,

Puisque nous sommes
En plein dans la nuit
Et dans son centre même.

Alors, nous qui cherchons
Toujours à saisir
Quelque chose de plus

Nous pourrions profiter
De ce minuit qui s’offre

Et ne demande
Qu’à s’incarner.

Guillevic ‘’Art poétique ‘’

Sous le sapin… (photo montage Sylvianne)

Qu’avons-nous pris pour célébrer dignement Noël ?

L’indispensable gadget apporté le soir par BPost qui s’engage à livrer dans les 24 heures ?

Le bonheur est-il d’avoir toujours plus ?

NOEL, injonction à la consommation, fête commerciale depuis longtemps, où l’enfant de la crèche n’a plus sa place.

Comment concilier cette injonction avec l’urgence de préserver l’environnement ?

Les chrétiens n’ont-ils pas la mission d’être en retard par rapport à cette société-là ?

Ne doivent-ils pas refuser d’entrer dans la logique consumériste qui dénature les fêtes ?

Les chrétiens prennent-ils l’essentiel de ce que Noël propose de vivre, s’ouvrent-ils vraiment au sens de cette fête ?  La nuit va-t-elle gagner ? La joie et l’espérance vont-elles disparaître ? Dans ce combat qui oppose la lumière aux ténèbres, Dieu pose un signe : un nourrisson dans une mangeoire. Un signe qui nous parle : « Souviens-toi, je suis toujours avec toi ».

« Les évangiles ne sont pas écrits pour nous rapporter des faits historiques, mais pour susciter en nous une adhésion : suis-je prêt à croire qu’en cet enfant, c’est Dieu lui-même qui vient parmi nous » ; mystère profond et insondable.

S’il est légitime de décorer nos rues et nos maisons, de faire quelques achats, ne serait-il pas bon de promouvoir la sobriété heureuse déjà préconisée depuis longtemps, entre autres, par Ivan Illich, Pierre Rabhi…et notre pape François : son écrit « Laudato Si » est devenu un livre de référence.

La liturgie de l’Avent peut nous aider à témoigner que l’homme n’est pas simplement un animal économique mais aussi un être spirituel.

Changer d’esprit, modifier nos habitudes, œuvrer pour plus de justice sociale et environnementale, voilà de nouvelles manières de vivre ensemble. Chrétiens pour un monde plus fraternel et solidaire avec comme moteur (énergie) l’espérance. Nous ne sommes pas seuls, Jésus nous accompagne.

Inspiré de l’édito de Patrick Grass dans le Carillon n°23 et de Pierre Rabhi dans ‘’Sobriété heureuse’’. Pierre Rabhi décédé ce 4 décembre 2021.

Photo Jean-Louis

A l’église de Weyler, samedi 20 novembre dernier, une messe d’hommage a été célébrée en mémoire du frère de l’abbé Amari, décédé dans des circonstances tragiques ; alors que notre abbé comptait prendre un peu de repos et retrouver sa famille en Côte d’Ivoire, son repos a été anéanti par ce drame.

La messe était présidée par le doyen Pascal Roger accompagné de nombreux prêtres. Cette belle célébration était rehaussée par les chorales réunies de notre unité pastorale ainsi que de quelques membres de la chorale africaine d’Arlon.

Photo Jean-Louis

Vivons pleinement l’Avent et Heureux Noël

Photo Stéphanie (église de Sterpenich)

Novembre 2021 – Le virus de l’amour

‘‘Les racines de l’arbre s’enfoncent un peu plus tous les jours, heureusement de nouvelles branches naissent et l’arbre continue à vivre…‘’
Monique J.

Photo Sylvianne

Matteo Farina, le virus de l’amour (1990-2009) était un jeune homme bien de son temps : fiancé, amoureux de la vie, membre d’un groupe de musique et intéressé par l’écologie. Il a été déclaré « vénérable » en mai 2020 par le pape François.

Mattéo est né en 1990 à Brindisi, en Italie. Il avait une grande sœur Erika. Ses parents étaient des gens ordinaires et pieux, qui fréquentaient régulièrement la paroisse dédiée à Marie, étoile de la mer à Brindisi. Mattéo a suivi les cours de catéchisme, participé aux célébrations eucharistiques. Il récitait quotidiennement le chapelet, ce qui pourrait paraître suspect pour un garçon de cet âge ! Pourtant c’était un enfant normal qui aimait le sport et la musique. Il créa même un petit groupe de musiciens avec ses amis. Il resta toujours très attaché à son milieu paroissial, animé par des capucins (dont Padre Pio de Pietrelcina est bien connu). Il aimait lire ‘’la petite Thérèse’’ et admirait saint François d’Assise. Il désirait devenir ingénieur chimiste pour l’environnement. Malheureusement, la maladie le frappa comme la foudre : à treize ans, il développa une tumeur du cerveau. Commença alors un long chemin de croix. Il parcourut son adolescence entre les opérations chirurgicales et les traitements de chimiothérapie. Mais il voulait vivre comme les autres. Il poursuivit sa scolarité, joua de la musique et rencontra une vraie amie, Serena. Cette jeune fille l’accompagna pendant les deux dernières années de sa vie. Matteo écrivit alors un journal personnel et même un recueil de poésie. Il y exprima son plus vif désir : se glisser parmi ses amis aussi silencieusement qu’un virus et les infecter d’une maladie incurable : l’amour.

Journal Dimanche n°22 du 31-05-2020

C’est à Libin, le dimanche 17 octobre, lors de la fondation de l’Unité Pastorale Notre-Dame de la Haute Lesse, que Mgr Warin a choisi d’ouvrir la phase diocésaine d’un synode voulu par le pape François.

Le synode « Pour une église synodale : communion, participation, mission » a été ouvert, par le pape, le week-end du 10 octobre dernier. Ce synode comprend trois étapes : la première est diocésaine. Ensemble et avec l’aide de l’esprit Saint, nous sommes invités à réfléchir à une autre forme d’Eglise.

Ce logo va au fil des publications nous devenir de plus en plus familier. Il a été imaginé pour accompagner tous les documents qui seront publiés dans le cadre de ce synode sur la synodalité. Il est signé Isabelle de Senihes, une jeune Française qui exerce comme graphiste et comme chargée de communication. Un logo très coloré qui en un seul regard nous permet d’en apprendre plus sur cette démarche proposée par l’Eglise.

Faire chemin ensemble : voilà ce que veut dire le mot synode. Sans doute aujourd’hui est-ce la seule façon d’annoncer l’Évangile, d’être présent à tous nos contemporains, de répondre à la mission de l’Église au cœur des défis du monde. Pour le Pape François, ‘le chemin de la synodalité est précisément celui que Dieu attend de l’Église du troisième millénaire’. Trois mots-clés précisent ce qu’est cette Église synodale : communion, participation et mission. 

http://www.diocesedenamur.be/