Janvier 2022 – Un point…Un point, c’est le Tout

Image Pixabay

« Par la relecture des Ecritures, les mages ont découvert ce que la science ne dévoile qu’en partie. C’est par la combinaison de la raison des scientifiques et la révélation des Ecritures que les mages ont apprivoisé le mystère et ont pu s’agenouiller devant l’enfant de la crèche. Ce geste inaugure l’universalité de la reconnaissance du Christ comme Dieu fait homme pour que l’humanité soit divinisée. En ce sens, l’Epiphanie est ferment de catholicité. »

Serge Maucq dans Feu nouveau 10 et 11/2021.

Nébuleuse du Crabe, Astro Nature 49 sur YouTube

Un Point…
Un Point, c’est le Tout.

Et le Rien.

Un Rien qui contient le Tout,
Sa puissance et promesse
Son infini et incréé.

Infinitésimale concentration
En un seul Point
De tout ce qui peut advenir,
De ce qui est ce qu’Il est.

Principe premier,
Commandement de l’origine :
Aime ! Aime ton Dieu,
Aime-Le de tout ce qui est !
Tout est contenu dans ce Point.

Il pourrait se suffire à Lui-même,
Mais la solitude de l’infini
L’appelle à Se contempler,
Il faut que vienne le « deux »,
Que dans le dernier se niche le premier,
Qu’existe aussi l’oméga
Qui bientôt sera…
Deux points…
Voilà que jaillit le deuxième
Et que dans l’infini des possibles
Se dresse une droite, un axe.

Le premier est origine
Le deuxième perspective.

Création de l’espace, de la matrice,
Jaillissement de la matière.

Le « deux » est le risque qu’a pris le « Un »
A se contempler dans la finitude…
Deux points suffisent
A construire une droite :
La ligne du temps, dessin du destin
La ligne de l’espace, matrice de la matière…
En se séparant dans le visible
En se réalisant dans le « deux »
Le « Un » se rend visible
Le « deux » se découvre dans l’Un-visible…
La Loi du « deux » est de même essence : 
Aime ! Aime ton prochain,
Aime-le de tout ce qui est !
Toi et lui êtes même jaillissement
De l’unique « Un » qui Se donne.

La droite de l’humanité
Est infinité de répliques de cet « Un » primordial,
Tous reliés à l’alpha
Tous dépliés dans l’oméga.

Le premier et le dernier des commandements,
L’alpha et l’oméga de l’Amour
Forment la trame du Livre Saint
Où s’écrivent nos destins.

Les 10 commandements et 613 lois ?
Des lignes en plus, pour écrire droit,
Former quadrillage pour qui en a besoin
Ou donner repères pour qui veut autre dessin.

La trame est l’essentiel, le reste la contient !
Deux commandements ordonnés 
Au seul point d’où tout provient,
Et où tout converge :
L’Aime !

Thierry Lemoine, www.thierry-lemoine.org

L’aime s’est traduit par un beau geste de solidarité envers les plus âgés et isolés : à Toernich/Udange, ces derniers ont reçu une carte réalisée par les jeunes du caté !

Photo transmise par Paul Poncelet

Décembre 2021 – Avec Jésus, gardons l’espérance

Image Pixabay

Il est minuit
Et cela pourrait être
Le centre du poème,

Puisque nous sommes
En plein dans la nuit
Et dans son centre même.

Alors, nous qui cherchons
Toujours à saisir
Quelque chose de plus

Nous pourrions profiter
De ce minuit qui s’offre

Et ne demande
Qu’à s’incarner.

Guillevic ‘’Art poétique ‘’

Sous le sapin… (photo montage Sylvianne)

Qu’avons-nous pris pour célébrer dignement Noël ?

L’indispensable gadget apporté le soir par BPost qui s’engage à livrer dans les 24 heures ?

Le bonheur est-il d’avoir toujours plus ?

NOEL, injonction à la consommation, fête commerciale depuis longtemps, où l’enfant de la crèche n’a plus sa place.

Comment concilier cette injonction avec l’urgence de préserver l’environnement ?

Les chrétiens n’ont-ils pas la mission d’être en retard par rapport à cette société-là ?

Ne doivent-ils pas refuser d’entrer dans la logique consumériste qui dénature les fêtes ?

Les chrétiens prennent-ils l’essentiel de ce que Noël propose de vivre, s’ouvrent-ils vraiment au sens de cette fête ?  La nuit va-t-elle gagner ? La joie et l’espérance vont-elles disparaître ? Dans ce combat qui oppose la lumière aux ténèbres, Dieu pose un signe : un nourrisson dans une mangeoire. Un signe qui nous parle : « Souviens-toi, je suis toujours avec toi ».

« Les évangiles ne sont pas écrits pour nous rapporter des faits historiques, mais pour susciter en nous une adhésion : suis-je prêt à croire qu’en cet enfant, c’est Dieu lui-même qui vient parmi nous » ; mystère profond et insondable.

S’il est légitime de décorer nos rues et nos maisons, de faire quelques achats, ne serait-il pas bon de promouvoir la sobriété heureuse déjà préconisée depuis longtemps, entre autres, par Ivan Illich, Pierre Rabhi…et notre pape François : son écrit « Laudato Si » est devenu un livre de référence.

La liturgie de l’Avent peut nous aider à témoigner que l’homme n’est pas simplement un animal économique mais aussi un être spirituel.

Changer d’esprit, modifier nos habitudes, œuvrer pour plus de justice sociale et environnementale, voilà de nouvelles manières de vivre ensemble. Chrétiens pour un monde plus fraternel et solidaire avec comme moteur (énergie) l’espérance. Nous ne sommes pas seuls, Jésus nous accompagne.

Inspiré de l’édito de Patrick Grass dans le Carillon n°23 et de Pierre Rabhi dans ‘’Sobriété heureuse’’. Pierre Rabhi décédé ce 4 décembre 2021.

Photo Jean-Louis

A l’église de Weyler, samedi 20 novembre dernier, une messe d’hommage a été célébrée en mémoire du frère de l’abbé Amari, décédé dans des circonstances tragiques ; alors que notre abbé comptait prendre un peu de repos et retrouver sa famille en Côte d’Ivoire, son repos a été anéanti par ce drame.

La messe était présidée par le doyen Pascal Roger accompagné de nombreux prêtres. Cette belle célébration était rehaussée par les chorales réunies de notre unité pastorale ainsi que de quelques membres de la chorale africaine d’Arlon.

Photo Jean-Louis

Vivons pleinement l’Avent et Heureux Noël

Photo Stéphanie (église de Sterpenich)

3 janvier 2021 – Epiphanie

Image : lusile17.centerblog.net

« Quelle est la singularité de cette étoile pour que des mages, férus de connaissance, décident, à sa vision, de prendre route depuis l’Orient ? Quelle est sa signification pour que Hérode et tout Jérusalem en soient bouleversés ? Quel est son puissant message pour que grands prêtres et scribes scrutent où devait naître Jésus ? La joie provoquée par l’astre divin est grande, nous dit l’Evangile de Matthieu. Très grande ! Cette intensité n’est pas anodine. Elle remue les mages de l’intérieur. Elle suscite leur adoration de l’enfant. Elle dit l’universalité de Noël. »

Extrait de la méditation (Ils se réjouirent d’une très grande joie) de Mgr Bernard Podvin, Missel du dimanche 2021

Photo Kizoa (Nasa)

Quelle est l’« étoile » qui guida les Rois Mages vers Jésus ?

‘’ (…) David H. Clark et F. Richard Stephenson présentent dans leur ouvrage « The Historical Supernovae » le catalogue de toutes les novae et supernovae observées avant l’invention du télescope. La plupart de ces observations, qui s’étalent entre – 532 et l’an 1604, sont dues aux astronomes chinois.

Les novae sont des étoiles dont la brillance augmente très rapidement pendant quelques jours avant de reprendre une valeur normale ; les supernovae sont des étoiles massives qui terminent leur vie en une explosion qui peut les rendre aussi brillantes qu’une galaxie pendant quelques semaines, et qui donnent naissance à une étoile à neutrons ou un trou noir. Parmi les 75 évènements répertoriés par Clark et Stephenson, 8 sont antérieurs à l’année 0 : printemps -532, août-septembre -204, juin-juillet -134, octobre-novembre -77, mai-juin -76, mai -48, juin-juillet -47, et enfin, en mars-avril de l’an -5 !

Cette dernière a été visible pendant plus de soixante-dix jours, et sans mouvement apparent dans le ciel. Le printemps, ça colle ! Voilà donc le bon candidat pour l’étoile de Bethléem : l’explosion d’une étoile massive en fin de vie ! S’il a existé, Jésus est donc né au printemps de l’an – 5 avant… lui-même.’’ (…)

Jacques Treiner – Physicien théoricien, chercheur associé au laboratoire LIED-PIERI, Université de Paris, site internet : theconversation.com

Photo reprise de Facebook : www.dreamcreations.fr

Psaume 71 – Toutes les nations, Seigneur, se prosterneront devant toi

Dieu, donne au roi tes pouvoirs,
à ce fils de roi ta justice.
Qu’il gouverne ton peuple avec justice,
qu’il fasse droit aux malheureux !

En ces jours-là, fleurira la justice,
grande paix jusqu’à la fin des lunes !
Qu’il domine de la mer à la mer,
et du Fleuve jusqu’au bout de la terre !

Les rois de Tarsis et des îles apporterons des présents,
les rois de Saba et de Seba feront leur offrande.
Tous les rois se prosterneront devant lui,
tous les pays le serviront. Il délivrera le pauvre qui appelle
et le malheureux sans recours.
Il aura souci du faible et du pauvre,
du pauvre dont il sauve la vie.

Le pape François trace le cap pour 2021 : « Puissiez-vous, tout au long de cette année, continuer à développer une culture de la rencontre et de la fraternité et à marcher ensemble vers cet horizon d’espérance dévoilé par la résurrection du Christ. »

Que les cloches qui ont résonné ce 25 décembre soient porteuses de paix, de solidarité et de joie pour tous.

Montage vidéo: Les cloches porteuses de joie

25 décembre 2020 – NOEL, gloria in excelsis Deo

Eglise d’Udange – Photo : Sylvianne

Psaume 95 – Aujourd’hui, un Sauveur nous est né : c’est le Christ, le Seigneur.

Chantez au Seigneur un chant nouveau,
chantez au Seigneur, terre entière,
chantez au Seigneur et bénissez son nom !

De jour en jour, proclamez son salut,
racontez à tous les peuples sa gloire,
à toutes les nations ses merveilles !

Joie au ciel ! Exulte la terre !
Les masses de la mer mugissent,
la campagne tout entière est en fête.

Les arbres des forêts dansent de joie
devant la face du Seigneur, car il vient,
car il vient pour juger la terre.

Il jugera le monde avec justice,
et les peuples selon sa vérité !

L’invisible est dit par la description haute en couleurs des anges. Dans l’insignifiance de cet événement marginal difficile se manifeste toute la puissance de l’amour de Dieu. Une fraternité nouvelle est rendue possible. Telle est la foi chrétienne et tel est le sens profond de Noël célébré chaque année depuis l’an 325. (…)

Pour ce Noël 2020 pas normal, la célébration la plus authentique sera alors le partage, dans la simplicité et le souci de nos proches et de nos voisins. Finalement, l’occasion est donnée à nos sociétés occidentales de redécouvrir un sens de Noël autre que ce dont on l’a surchargé de consommations matérialistes de toutes sortes. Ce « pas normal » sera alors comme un retour à l’authentique normalité de Noël. Un petit pas, « pas normal », tout près de chez soi, pour de la joie et une grande bouffée d’air frais et d’espérance.

Arnaud Join-Lambert, professeur de théologie à l’Université catholique de Louvain, Site La Croix.com

Chapelle N-D du Bel Amour à Clairefontaine – Photo : Sylvianne

Bonjour à vous !  Nous savons ce qu’est le confinement. Avez-vous déjà pensé, qu’un Autre est plus ou moins confiné en nous et que nous pouvons le « déconfiner » sans danger, l’Hôte intérieur caché, souvent emprisonné au fond de nous-mêmes. On le pense lointain, au-dessus, en dehors dans un ciel hypothétique et mythique avec les divinités de l’Olympe situé dans un arrière monde d’illusions, d’idées purement imaginaires Ce fameux ciel dont on entend dire que personne n’en est revenu. Ciel païen que Jésus est venu démanteler pour nous annoncer son Père comme un Dieu avec nous, en l’Homme. Une vraie révolution que nous n’avons pas encore beaucoup comprise : Dieu en nous, que nous pouvons délivrer en déverrouillant la prison dans laquelle il est enfermé. Nous nous agitons au dehors alors qu’il est au-dedans. Délivrons-le en le visitant dans la prière. Formule usée, vieillie peut-être pour nous. Quelqu’un nous a dit avant de mourir : ‘Si quelqu’un m’aime il gardera ma parole, mon Père l’aimera, nous viendrons à lui et nous établirons chez lui notre demeure’. Dieu en nous et non plus à dix milliards d’années – lumière. N’attendons pas la mort pour aller au ciel car nous risquerions d’être déçus.  C’est aujourd’hui qu’il est déjà là au fond du cœur, trésor caché, enfoui à partager tous ensemble.

Abbé Jean-Marie Piron

Photo : Sylvianne

« Jésus est-il Dieu ? je le crois profondément, même si, certains jours, je ne saurais pas dire où je le place exactement. Il est Dieu, mais il est aussi une personne humaine qui a ri, qui s’est mise en colère, qui a mangé, qui a pleuré. Il est Dieu incarné, un Dieu physique que j’appelle plus volontiers quand j’ai vraiment besoin qu’on s’occupe de moi. Dans les Evangiles, il est Dieu qui parle. Qui délivre Son message le plus haut, le plus sublime. Une parole où il n’y a pas une faute, où il n’y a pas un mensonge, où il n’y a pas une imposture, où il n’y a pas un mot pour rien. Une parole où tout est grand, tout est juste, tout est beau, tout est amour, tout est solide. Une parole qui ne peut heurter quiconque. Son message me parle, et ce n’est pas le message d’un saltimbanque ou d’un révolutionnaire que j’y vois – comme on se plaît aujourd’hui à le décrire. Ce n’est pas non plus, le message d’un simple philosophe. Jésus n’est pas le Bouddha, il est plus que le Bouddha – en sachant que dans le langage céleste, ce dernier n’est pas lanterne rouge : être Bouddha, c’est déjà beaucoup ! mais le Bouddha est un être humain, un être que l’on ne prie pas. Jésus, lui, je le prie. »

Michel Delpech ‘‘J’ai osé Dieu…’’
Chap. 4 Chercheur de vérité, Presses de la Renaissance (2013)


« Soyez toujours dans la joie ; priez en tout temps ; remerciez Dieu en toute circonstance. »

(Th. 1, 16-18)

Heureuse et sainte fête de Noël!

« Adeste fideles » en polonais (« Przybądźcie dziś wierni »)
Enregistré à Noël 2019 dans l’église de Corpus Christi à Bytom-Miechowice, en espérant revoir lors de l’année à venir une église aussi comble !

24 décembre 2020 – Nuit de Noël

Eglise du Sacré-Cœur Arlon – Photo Sylvianne

« Il fallut que le Bon Dieu fasse un petit miracle pour me faire grandir en un moment et ce miracle il le fit au jour inoubliable de Noël, en cette nuit lumineuse qui éclaire les délices de la Trinité Sainte, Jésus le doux petit Enfant d’une heure, changea la nuit de mon âme en torrents de lumière… en cette nuit où Il se fit faible et souffrant pour mon amour, Il me rendit forte et courageuse, Il me revêtit de ses armes et depuis cette nuit bénie, je ne fus vaincue en aucun combat, mais au contraire je marchai de victoires en victoires et commençai pour ainsi dire « une course de géant !… » La source de mes larmes fut tarie et ne s’ouvrit depuis que rarement et difficilement ce qui justifia cette parole qui m’avait été dite : « Tu pleures tant dans ton enfance que plus tard tu n’auras plus de larmes à verser ! (…)

En cette nuit de lumière commença la troisième période de ma vie, la plus belle de toutes, laplus remplie des grâces du Ciel… En un instant l’ouvrage que je n’avais pu faire en 10 ans, Jésus le fit se contentant de ma bonne volonté qui jamais ne me fit défaut.
Comme ses apôtres, je pouvais Lui dire : « Seigneur, j’ai pêché toute la nuit sans rien prendre. » Plus miséricordieux encore pour moi qu’Il ne le fut pour ses disciples, Jésus prit Lui-même le filet, le jeta et le retira rempli de poissons…
Il fit de moi un pêcheur d’âmes, je sentis un grand désir de travailler à la conversion des pécheurs, désir que je n’avais pas senti aussi vivement… Je sentis en un mot la charité entrer dans mon cœur, le besoin de m’oublier pour faire plaisir et depuis lors je fus heureuse ! … »

Histoire d’une âme, chapitre V, de Ste Thérèse de Lisieux

Ma vie n’est qu’un instant – Extrait de Thérèse Songs, Blanc, par Pierre Eliane, Studio SM

« On ne peut annoncer le Christ aux autres qu’en se détachant de soi-même et de la mondanité. Non pas en attirant les gens à soi, mais en les orientant vers Jésus »

Pape François

Joyeuse lumière – Extrait de Le temps de l’Avent, par André Gouzes, Studio SM

Messe de la Nuit de Noël – enregistrement vidéo

Comme annoncé préalablement, les messes de Noël cette année ne seront pas celébrées « en présentiel », au vu des restrictions en vigueur.

Voici donc l’enregistrement de la « Messe de minuit », enregistrée le mardi 22 décembre 2020 à Weyler, pour diffusion sur notre site. (Cliquez sur la photo pour accéder à la vidéo).

La catéchèse en marche vers Noël !

La situation sanitaire actuelle étant ce qu’elle est, il n’était pas possible pour la catéchèse d’organiser les rencontres prévues en novembre et décembre.

L’Equipe de la catéchèse s’est alors lancé dans une démarche nouvelle auprès des enfants.

Une marche de l’Avent vers Noël a été proposée aux enfants sous la responsabilité des parents. Durant 4 semaines, les enfants ont reçu par courriel une activité à réaliser : 1ere semaine – une maison à construire, leur maison car le chemin de vie part toujours de quelque part. La 2e semaine – décorer un galet , une pierre à s’approprier pour rendre les chemins plus aisés ; la 3e semaine réaliser une étoile, celle qui illumine la foi et la 4e semaine , un ange qui annonce la Bonne nouvelle, un peu comme chaque chrétien qui transmet la promesse de Vie.

Weyler. Photo Marie-Claire

Le 19 décembre, les enfants et leur famille sont venus en l’église de Weyler pour déposer leurs réalisations. Là ils ont reçu la flamme de la Paix de Bethléem pour eux et leurs proches.

Ils nous ont aussi apporté des cartes de voeux destinées aux personnes fragiles, seules ou âgées de nos paroisses ainsi qu’aux résidents de la Maison de Repos de Cobreville.

Bravo aux enfants pour leurs réalisations originales et colorées ! Elles rejoignent le choeur céleste des anges de la Nativité en exprimant la Bonne Nouvelle !

Merci aux parents qui ont aidé, soutenu nos propositions ! Merci aux parents qui ont échangé avec leurs enfants autour des activités ! Voilà un beau cadeau de Noël !

Oui ! Noël vient dans nos vies  grâce au souffle de l’Esprit présent en nous !

Cet Esprit qui nous pousse à affirmer :

“ Tout nuit pressent que la lumière jaillira de l’aube qu’elle attend “
(Choral anglais du XIXe)

Marie-Claire

Reprise (partielle) des célébrations en présentiel – bulletin pour décembre et janvier.

Certaines messes seront en présentiel et en vidéo ;

Les messes de Noël seront uniquement en vidéo afin d’éviter de ‘refouler’ les paroissiens si le nombre de personnes présentes atteint 17 (le prêtre et l’organiste ne compte pas selon le protocole du 12 décembre) ;

Les autres messes seront toutes en présentiel …  à moins de nouvelles mesures sanitaires.